Fil de navigation

Vidéos du meeting d'investiture de Bastien Faudot pour la présidentielle de 2017, dimanche 7 février 2016 au Cabaret Sauvage (Paris). Interventions introductives de Jean-Luc Laurent (président du MRC et député du Val-de-Marne), et du discours de Bastien Faudot.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder à la vidéo (Jean-Luc Laurent)

 video investiture 1

 

Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder à la vidéo de notre candidat Fabien FAUDOT 

 video investiture 2

 


Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, jeudi 4 février 2016.


Le débat sur l’extension de la déchéance de nationalité n’a que trop duré. Par son entêtement dérisoire, l’exécutif est seul responsable de ce bourbier constitutionnel.

Maladroite, formulée à chaud, la proposition du Président de la République avait un fond de rationalité et de légitimité : ostraciser les terroristes de la communauté nationale et du territoire français. Au final, la lecture de l’avant-projet de loi d’application nous apprend même que la déchéance de nationalité pourrait être relevée au bout de 10 ans…tout ça, pour ça.

Il est vraiment temps d’en sortir.

Une solution praticable serait de créer une peine de déchéance de citoyenneté, qui aurait plus à voir avec l’atimie grecque qui consistait en une privation de citoyenneté sans bannissement. Avec mon collègue, le député Christian Hutin, nous avons déposé une proposition de loi dans ce sens.

Cette proposition serait une porte de sortie honorable pour l’exécutif dans un débat devenu irrationnel et déconnecté de toute réalité. La Constitution n’a pas vocation à accueillir une mesure d’exorcisme, aussi je voterai contre l’article 2 et contre le projet de loi constitutionnelle.

 


 

Par , France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 28 janvier 2016 à 9:09

 

 870x489 bastien faudot

 Bastien Faudot, candidat MRC à l'élection présidentielle © Maxppp

Conseiller municipal MRC de Belfort et conseiller départemental du Territoire de Belfort, Bastien Faudot est désormais officiellement candidat à l’élection présidentielle sous la bannière du MRC

Il était le seul candidat en lice, Bastien Faudot a donc été logiquement désigné par le MRC pour représenter le Mouvement Républicain et Citoyen à l'élection présidentielle de 2017. Une candidature tout ce qu’il y a de sérieux affirme l’élu belfortain : "cette décision procède d’un choix qui a été mûrement réfléchi lors du congrès du MRC en juin dernier, et à la demande de la quasi-totalité du parti, j’ai accepté cette mission".

Mettre les sujets sérieux sur la table

Et Bastien Faudot l’assure, cette candidature n’est pas un moyen de faire parler du MRC qui n’a plus le même poids depuis le départ de Jean-Pierre Chevènement "ce n’est pas du tout une façon de faire parler de nous, c’est d’abord une façon de mettre les sujets sérieux sur la table, et il est temps car la gauche souffre dans toutes ses organisations politiques, le sens du mandat politique de François Hollande est aujourd’hui terminé, le virage libéral assumé par le chef de l’Etat n’est pas le sens du soutien que nous lui avons apporté en 2012".

La course aux 500 signatures est lancée

En se portant candidat à environ 18 mois de cette élection présidentielle, Bastien Faudot ne craint pas de partir trop tôt en campagne d’autant qu’il lui faudra réunir les 500 signatures d’élus nécessaires pour valider sa candidature, mais là encore, il est plutôt confiant : "nous avons un réseau d’élus encartés au MRC et puis je ne doute pas que dans le pays, il y a un certain nombre d’élus qui seront sensibles aux thèses que nous allons développer dans cette campagne".

Des thèmes de campagne que Bastien Faudot détaillera le 7 février prochain.

 


Communiqué de Bastien Faudot, porte-parole du MRC, jeudi 17 décembre 2015.


Une délégation du Mouvement Républicain et Citoyen, composée Bastien Faudot, Ladislas Polski et David Bouderballa, secrétaires nationaux, se rend cette fin de semaine en Espagne pour apporter son soutien au mouvement politique de la gauche alternative PODEMOS.

A quelques jours des élections générales espagnoles, alors que PODEMOS est désormais donné en tête de la gauche dans les sondages, nous suivrons la dernière journée de campagne aux côtés de ses dirigeants et de ses militants. Le MRC participera aux deux derniers meetings : vendredi midi à Murcie, et vendredi soir à Valence.

Les récentes victoires de SYRIZA en Grèce, de la coalition de gauche au Portugal ou encore celle de Jeremy Corbyn au sein du Parti travailliste britannique, témoignent que des alternatives émergent partout en Europe. PODEMOS contribue à ce mouvement de refus du diktat des politiques d'austérité et aux effets sociaux dévastateurs qu'elles produisent sur l'ensemble de notre continent.

Le résultat des élections régionales en atteste : le défi en France reste entier. Entre un Parti socialiste majoritairement converti au social-libéralisme et un Front de gauche qui reste aussi divisé que marginalisé, il faudra défricher un autre chemin pour 2017.


 

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, lundi 30 novembre 2015.

 
Je défendrai cette semaine un amendement annulant l’exonération fiscale accordée l’an dernier à la société organisatrice du championnat d’Europe de football créée par l’UEFA, la société anonyme « Euro 2016 ».

Après les attentats du 13 novembre, le Gouvernement a confirmé que l’Euro 2016 aurait bien lieu en juin prochain. C’est la bonne décision car la menace terroriste nous oblige à vivre avec le risque sans céder à la panique et à la peur.

Les règles de sécurité seront considérablement renforcées qu’il s’agisse des accès aux stades ou aux villages UEFA mis en place pour l’occasion. Ce renforcement de la sécurité de tous les Français, de nos visiteurs et de la compétition a un coût que le Gouvernement assumera naturellement.

Déjà l’an dernier, je trouvais que le cadeau fiscal fait à la SA Euro 2016 était illégitime. Les bénéfices que pourrait engranger l’UEFA s’élèvent à 300 millions d’euros issus des droits de retransmission télévisée. Les Français, eux, auront déjà payé plusieurs fois la compétition : rénovation des stades, travaux d’accessibilité dans les villes sont à la charge des collectivités... Cette exonération est donc moins justifiée que jamais.

N’ayant été entendu l’année dernière ni par Michel Platini ni par le Gouvernement, j’ai décidé avec dix de mes collègues députés de déposer un amendement de suppression de cette exonération qui sera examiné cette semaine à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances rectificatives pour 2015.

Plus que la seule question du coût, il faut lutter contre ce nouveau modèle d’organisation des compétions sportives : aujourd’hui ce n’est plus la France qui organise l’Euro 2016 mais la France qui accueille l’UEFA après une mise en concurrence et selon les termes d’un cahier des charges qui comporte un volet fiscal anachronique.

Je suis favorable à l’accueil des grands évènements sportifs et culturels et je soutiens la candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024, mais les Etats ne doivent pas se coucher devant des grandes fédérations sportives.


 

Liens utiles

Plan interactif

Mouvement Républicain et Citoyen 62

235, route de Béthune
62300 Lens

03 21 43 40 88

Envoyez-nous un e-mail