Fil de navigation

bruno moschettoPar Bruno Moschetto, Secrétaire national aux questions économiques, mardi 14 mars 2017.

Avant que ne se produise une désintégration anarchique de l'euro ainsi que le préconisent certains responsables politiques de droite comme de gauche, une gestion pragmatique par tous les pays membres pourrait se concevoir en amont. En effet, bien que la banque centrale, sise à Francfort soit européenne, les billets émis par chacune des banques centrales nationales ne le sont pas. En France, en particulier, la définition de l'euro témoigne d'un ancrage national. L'article premier du chapitre premier de notre code monétaire et financier stipule que : « la monnaie de la France est l'euro » et que « l 'euro est divisé en 100 centimes ». On peut en déduire que l'euro est la monnaie de chaque Etat membre avant d’être la monnaie de la zone euro. Pour chaque Etat, ceci est illustré par le fait que les pièces de monnaie ont une face nationale et que les billets ont un code national qui précède son numéro, par exemple : U pour la France, X pour l'Allemagne, Y pour la Grèce.

Ainsi, pour ce qui concerne la France dans une volonté de nationalisation de l’euro, rien ne lui interdirait de débaptiser son unité monétaire actuelle, l'euro en euro-franc. Une banque commerciale française dont le déposant, résident ou non, souhaiterait convertir ses avoirs en compte en billets, se verrait offrir des billets portant explicitement la mention euro-franc, marqués du signe distinctif existant U. Ceux-ci cohabiteraient au sein de la zone euro avec les autres euros nationaux des pays qui auraient adopté une telle réforme monétaire. Cela pourrait donner lieu pour chacune des monnaies à des dépréciations ou des appréciations sur les marchés qui tempéreraient le passage d'une euro-monnaie à une autre sans que cela nécessite l'établissement d'un contrôle des changes.

Les risques d'un tel passage procèdent de la définition de la monnaie. Pour ceux qui la détiennent, qu'ils soient résidents ou non, il s'agit de créances sur l'appareil bancaire des pays concernés. Des créances sur les banques commerciales pour les avoirs en compte (monnaie scripturale) et des créances sur le la banque centrale pour les avoirs en poche (monnaie fiduciaire). Ces créances ont pour contrepartie des crédits, pour l'essentiel sur chacune des économies nationales. En définitive, en matière monétaire, tout ou presque se ramène aux territoires nationaux. Ainsi, pour un pays donné le passage de l'euro à l'euro national ne change en rien la nature et le montant de ses dettes. Ce passage pour la France serait comparable à la réforme monétaire de 1958 pour l’adoption du nouveau franc.

Ce qui est vrai pour les avoirs monétaires, le serait aussi pour les avoirs obligataires et en particulier les créances souveraines. A leur échéance, celles-ci seraient payées en euro nationaux et à leur valeur de remboursement laquelle n'aurait pas été modifiée par cette mutation monétaire. Tant que les détenteurs d'avoirs monétaires en euros nationaux ne les convertissent pas en euro-euros, leur pouvoir d'achat sur le marché national ne change pas. Il en est de même pour les détenteurs de créances obligataires, pourvu qu'ils attendent les échéances respectives de leurs créances. Seuls les détenteurs non résidents d'euro- nationaux, et notamment les banques pourraient voir éventuellement la valeur de leurs créances monétaires ou obligataires, se déprécier sur les marchés secondaires. Libre à eux, face à une dépréciation significative de leur valeur, de constituer des provisions compensatrices. Rien n’interdirait de penser que celles-ci pourraient être reprises en cas d’appréciation ultérieure de leur valeur sur les mêmes marchés secondaires.

Dans ce nouvel univers monétaire né de la nationalisation des différents euros, chacun retrouverait sa compétitivité globale sur les marchés des biens et des services, sans avoir à rendre compte à une quelconque troïka en cas de difficultés. Celles-ci auraient été par avance résolues et éliminées par l'adoption de changes multiples en lieu et place d'une monnaie unique. La France et les autres pays de la zone euro retrouveraient ainsi leur souveraineté monétaire tout en conservant leur euro. La fluctuation des euros-monnaies les unes par rapport aux autres favoriserait aussi les investissements internationaux et les déplacements touristiques des détenteurs d'euro monnaie forte vers les pays à euro monnaie faible. On retrouverait ainsi un système de régulation non contraint, potentiellement plus efficace et bien moins douloureux que le système de régulation fixe imposé par Bruxelles du fait de l’adoption de la monnaie unique qui empêche tout ajustement monétaire externe.

Une telle nationalisation de l’euro demeurant toujours la monnaie de la France débaptisée en euro-franc, implique en revanche que la France sorte de l’Union économique et monétaire (UEM). A ce titre la Banque de France redeviendrait notre banque centrale, notre participation au capital de la Banque centrale européenne (BCE) devrait être rachetée par nos partenaires et nos réserves publiques de change antérieurement « communautarisées » seraient rapatriées de Francfort à Paris. L’adoption d’une telle réforme monétaire qui n’implique pas de dévaluation externe mais des dépréciations ou des appréciations monétaires sur les marchés, est préférable à une dévaluation interne c’est-à-dire un ajustement des salaires et des retraites à la baisse. Cette politique a été adoptée par certains pays tels que l’Allemagne et le Royaume Uni, lesquelles en vertu d’une politique de l’offre à vocation compétitive ont déclenché un ralentissement généralisé de l’activité économique de l’ensemble des partenaires de la zone. Une politique de la demande, permise par une souveraineté budgétaire retrouvée, pourrait être enfin mise en place. Pour l’Europe, tout sauf l’austérité !

 

 

Après un an de campagne, la situation politique gravissime que nous traversons et l'impossibilité de réunir les parrainages requis me conduisent à retirer ma candidature et à favoriser le seul impératif qui vaille aujourd'hui : empêcher la disparition de la gauche à l'issue du premier tour.

Élection inouïe, l'élection présidentielle de 2017 met notre pays en danger. Chaque responsable politique sera comptable de son propre résultat mais aussi de la situation globale que nous connaîtrons en juin prochain.

Benoît Hamon, candidat issu de la primaire citoyenne, a pris l'initiative d'une discussion avec nous. Ces échanges n'étant pas aboutis aujourd'hui, le Conseil National du MRC a décidé à 69 % de reporter sa décision. Nous avons des divergences et je refuse de mettre en scène des convergences réelles pour dissimuler des désaccords de fond, en particulier sur la question européenne et sur certains combats républicains.

Toutefois, nous partageons une même critique de la dérive sociale-libérale de François Hollande et des conséquences désastreuses d'un suivisme européen de la France qui s'est soumise à l'ordre européen de Bercy, Bruxelles et Berlin. Les échanges avec Benoît Hamon prolongent plusieurs années de travail commun, en particulier avec les parlementaires du MRC, lorsque nous nous sommes opposés en septembre 2012 à la ratification du traité budgétaire européen, mais aussi à la loi Travail en 2016.

Les mauvais choix initiaux, pris dès juin 2012 à l'Élysée, ont condamné la gauche à l'échec et sont naturellement repris par le candidat de la confusion des centres, Emmanuel Macron, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée. Pour l'heure, il dépasse les clivages en rassemblant pour l'essentiel les opportunistes de chaque camp.

Nous avons par ailleurs quelques accords avec Jean-Luc Mélenchon qui pose les enjeux du rapport de force en Europe au bon niveau, mais son entreprise obstinée conduira à la liquidation de la gauche et à une marginalisation durable qui soumettra la France à l'aggravation des purges libérales. Cette stratégie de la terre brûlée est irresponsable.

Je veux remercier tous les militants, les sympathisants, les maires, les citoyens, les donateurs qui se sont montrés intéressés par mon projet, l'ont porté dans le débat politique et ont consacré du temps à défendre nos idées. La gauche qui aime la France ne renonce pas, ce combat que nous avons initié depuis un an dépassera la seule élection présidentielle, car c'est le combat d'une génération tout entière.

 

Réponse à l'interpellation de Charlie hebdo

Cher Charlie Hebdo,

Dans ton journal du 22 février dernier, tu interpelles les candidats à la présidentielle sur la question cruciale de la laïcité en France. C’est, pour moi aussi, un des enjeux de l’élection cardinale, particulièrement pour la gauche, qui a souvent failli sur ce sujet. J’ai néanmoins la conviction qu’il n’est pas trop tard pour la gauche républicaine et laïque.>>>

Courriers aux forces de gauche
Ma candidature s’inscrit dans une démarche de rassemblement de la gauche.
J’ai écrit à Benoît Hamon et à Jean-Luc Mélenchon afin que nous soyons dans une posture de dialogue et d’échange. Le Mouvement Républicain et Citoyen a par ailleurs écrit à Pierre Laurent.
>>> 

bastien a chocques

 

bastien a givenchy + france bleu

Bastien, Nathalie DELBART, Jacques MELLICK
avec Yvon MASSART Maire de CHOCQUES
  Bastien à GIVENCHY
avec Le Maire Pierre SENECHAL et FRANCE BLEU
 Bastien a givenchy devant la mairie    bastien a la mairie d'ablain
Devant la Mairie de GIVENCHY   ABLAIN St NAZAIRE
 bastien a lorette  

bastien au CD 1

L'Anneau de la Mémoire LORETTE  

Le Conseil Départemental du PAS-de-CALAIS

 bastien au cd 2    bastien à l'anneau de lorette 1
Bastien et Nathalie DELBART
Vice Présidente du Conseil Départemental
  L'Anneau de la Mémoire LORETTE
 bastien a vimy 1    bastien à mazingarbe 2
Mairie d'ABLAIN ST NAZAIRE   Batien FAUDOT et Yvon LEJEUNE à MAZINGARBE
 bastien avec evelyne vimy    bastien et nathalie
Bastien à VIMY avec Evelyne NACHEL
Conseillère Départementale
  Avec Nathalie DELBART Vice-Présidente
du Conseil Départemental

 

 


 

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, mercredi 22 février 2017.

Le CETA a été adopté la semaine dernière par le Parlement européen au terme de débats mouvementés qui présagent de ratifications nationales difficiles. Cette contestation a dû beaucoup surprendre ses promoteurs et avocats, qui n’ont jamais hésité devant les superlatifs pour défendre l’ «accord le plus progressiste jamais conclu dans l’histoire » (dixit Cecilia Malmström, Commissaire européen au commerce, en janvier dernier).

Accord dit de « nouvelle génération », le CETA est plus qu’un accord de libre-échange. Il est le symbole d’une Union Européenne post-démocratique qui organise l’impuissance des Etats et la trahison des peuples. Majoritairement, les Français n’en veulent pas. Ils ne sont pas les seuls : dans toute l’Europe, une opposition s’est manifestée ces derniers mois, au travers de multiples pétitions et jusqu’à un véto du gouvernement belge.

Députés français, nous devons prendre le relais. Les députés du MRC ne voteront pas la ratification du CETA

L’article 54 de la Constitution prévoit que «le Conseil constitutionnel, saisi par le Président de la République, par le Premier ministre, par le président de l'une ou l'autre assemblée ou par soixante députés ou soixante sénateurs, a déclaré qu'un engagement international comporte une clause contraire à la Constitution, l'autorisation de ratifier ou d'approuver l'engagement international en cause ne peut intervenir qu'après la révision de la Constitution ».

Signataires de la saisine initiée par notre collègue socialiste Jean-Paul Chanteguet et réunissant 106 députés, mon collègue Christian Hutin et moi considérons que le CETA porte atteinte frontalement à au moins trois principes constitutionnels :
- Conditions essentielles d’exercice de la souveraineté nationale, notamment par la limitation de la liberté normative de notre pays et l’introduction de tribunaux arbitraux étrangers à notre ordre juridique
- Principe d’indépendance et d’impartialité des juges
- Principe d’égalité devant la loi (article 6 de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen), du fait du régime de protection spéciale des investisseurs étrangers

A compter de la saisine, le Conseil constitutionnel disposera d’un mois pour se prononcer. Je ne doute pas qu’il nous donnera raison et compliquera la tâche des technocrates libéraux de Bruxelles et leurs alliés de Bercy.


 

Liens utiles

Plan interactif

Mouvement Républicain et Citoyen 62

235, route de Béthune
62300 Lens

03 21 43 40 88

Envoyez-nous un e-mail